• La Spiruline d’Olt est contrôlée par Ecocert !

  • La Spiruline d’Olt respecte la charte éthique de la fédération des spiruliniers de France.

  • Découvrez mon parcours vers l’aqua-écologie de spiruline en cliquant ici !

Récolte de la spiruline

La récolte

Un procédé doux et artisanal

1ère étape ; La filtration

Le principe consiste à séparer la spiruline de son milieu de culture. Pour cela j’utilise un tissu de filtration spécial dont la maille est comprise entre 20 et 30 microns (suffisant pour retenir les filaments microscopiques de spiruline).

Au fur et à mesure de la filtration, je place la biomasse de côté afin qu’elle puisse s’égoutter avant de passer aux étapes suivantes.

Je filtre à l’aide d’une simple « table » de récolte qui fait office de tamis et dont le tissu de filtration est juste placé au dessus. J’utilise également la récolteuse qui est une technologie artisanale inventée par un collègue spirulinier.

Vous trouverez une vidéo de démonstration de la récolteuse en fin de page.

2ème étape ; Le pressage

Une fois la biomasse de spiruline égouttée, cette dernière est collectée jusque dans le laboratoire de transformation.

L’étape de pressage consiste à séparer le maximum d’eau que contient la biomasse.

Pour cela j’utilise une « presse sous-vide » ; la spiruline est placée dans une valise étanche connectée à une pompe sous-vide qui par dépression va aspirer l’eau contenu dans la biomasse.

La presse sous-vide permet un pressage doux sans casser les cellules de spiruline.

Nous obtenons ainsi une biomasse pressée qui contient entre 20 et 25% d’eau. Nous l’appelons la spiruline fraîche.

La spiruline fraîche peut être consommée telle quelle. C’est le top du top d’un point de vue nutritif et gustatif !

3ème étape ; La mise en forme

Cette étape va permettre la mise en forme de la biomasse pressée afin de la préparer au séchage.

Afin d’optimiser le contact de la spiruline avec l’air du séchoir, et permettre un séchage efficace et rapide, je façonne la biomasse en forme de spaghettis d’1,5mm de diamètre.

Ces derniers sont extrudés grâce à un poussoir à viande modifié spécialement pour la spiruline. Les spaghettis sont étalés sur les claies de séchage de façon homogène.

4ème étape ; Le séchage

Les claies de séchage sont positionnées dans le séchoir solaire.

Le principe consiste à faire circuler un gros débit d’air sec. Le séchage est efficace si l’air est légèrement chaud (entre 30 et 40°C). J’utilise l’énergie du soleil pour ajuster la température du séchoir.

Un séchage optimal, c’est-à-dire doux et rapide, permet une bonne conservation des pigments et vitamines anti-oxydantes.

Le séchage dure entre 6 et 8 heures. Le but est d’obtenir des spaghettis cassant dont l’humidité est en dessous de 5% afin d’assurer une bonne conservation du produit.

La dernière étape consiste à casser les spaghettis dans un grand tissus afin de les réduire en vermicelles. Ces derniers sont ensuite stockés et analysés avant leur commercialisation.

La récolteuse à spiruline

L’action mécanique, associée à un filtre, préserve la spiruline.

Top